Comment trouver un nom de marque ?

Branding

Conseils et stratégie

01 Mar. 2022

Ikea, Coca-Cola , Orange… Autant de noms de marque qui se sont imposés et qui sont synonymes d’un secteur d’activité. Le nom de votre entreprise n’est pas à négliger lorsque vous la lancez et que vous êtes en quête de nouveaux clients ou consommateurs. Pour que votre cible s’arrête en passant devant votre boutique ou en effectuant une recherche sur les moteurs de recherche, votre nom doit être percutant et refléter les valeurs que vous souhaitez transmettre et votre secteur d’activité. Faisons le tour des étapes qui vous mèneront au choix de votre nom de marque.

Par Anne-Sophie
 Temps de lecture : 3 min

Étape 1 : Faites une première liste des concepts et valeurs

Avant même de chercher un nom de marque, faites la liste des concepts et valeurs que vous souhaitez voir transparaître à travers le nom de votre marque. Attention, s’ils sont trop nombreux, il deviendra difficile de les incorporer dans un nom de marque court. 

Par exemple, pour une nouvelle maison d’édition qui souhaite éditer des livres d’auteurs locaux en papier recyclé uniquement, la liste pourrait ressembler à la suivante :

  • secteur d’activité : l’édition de livres papiers
  • concept : papier recyclé, démarche respectueuse de l’environnement, économie d’eau
  • valeurs en plus : promouvoir les auteurs locaux talentueux 

Étape 2 : Faites une seconde liste de tous les mots liés

En établissant la première liste, de nouveaux mots émergeront immédiatement dans votre esprit et fuseront de toute part. Couchez tout ce qui vous passe par la tête sur papier. Un mot de cette liste peut s’avérer être la clef de voûte autour de laquelle s’articulera le reste du travail. Vous pouvez ensuite procéder à un écrémage et éliminer les mots non pertinents ou qui ne sont pas harmonieux. 

Quelques mots qu’aurait pu sélectionner la maison d’édition :

  • éditions/maison/livres/lecture/auteurs
  • mots/lettres/plume/encre/incipit/verbatim
  • Vosges/Déodatie
  • bio/éco
  • terre/planète

Les mots utilisés dans le nom de la marque, et le nom final lui-même, doivent aussi correspondre aux sensibilités de votre audience cible. Il faudra se mettre à leur place pour imaginer ce qui pourrait leur parler, les interpeller et leur plaire. 

Étape 3 : Faites des associations d’idées et un travail de recherche

Selon la direction que vous souhaitez prendre, vous pourrez favoriser un nom plutôt amusant, familial, ou plutôt luxueux ou mystérieux.

Un moyen simple de ne pas se “contenter” d’une seule expression classique, telle que “les éditions vosgiennes”, est de créer des mots-valises (des combinaisons de mots différents).

Par exemple, pour inclure les concepts voulus sans que le nom soit trop long (il est recommandé de faire court), la maison d’édition pourrait combiner bio et lettres (Biolettres) ou bio et déodatie (biodatie), ou plume et planète (plumète).

Il est également possible d’élaborer une expression plus difficile à déchiffrer en se fondant sur les origines étymologiques des mots que vous avez sélectionnés.

Exemple : plume en grec (fteró), mots en latin (verbum, verba ou lexis), signe ou écrit en grec (gramma)…

Mentions légales : attention aux noms de marque existants

Lorsque plusieurs expressions/mots vous satisfont, n’oubliez pas de vérifier que d’autres entreprises ne se nomment pas déjà de la même façon. Si une entreprise existe avec ce nom dans votre secteur d’activité, vous pouvez faire une croix dessus ! Si une entreprise la porte mais ne se positionne pas sur le même domaine que vous, vous pouvez le garder (et éventuellement ajouter une petite touche qui vous distingue). Attention, si cette entreprise se situe dans votre agglomération, la décision est problématique…

Pour ce faire, consultez le site de l’inpi qui recense les entreprises dont le nom est déposé. 

De la même manière, vérifiez les noms de domaine disponibles. Vous voudrez acheter rapidement le nom de domaine associé à votre tout récent nom de marque pour ne pas qu’on vous le subtilise. Mettez toutes les chances de votre côté pour que l’on vous trouve vous et pas quelqu’un d’autre : procurez-vous les noms de domaine en .fr et en .com. Eh oui, si vous possédez editions_biogramma.fr mais pas .com, n’importe qui peut l’obtenir ! De quoi embrouiller vos potentiels acheteurs…

Quelques idées de départ : quel genre de nom de marque ?

Sur quelle base fonder votre recherche initiale ? Qu’est-ce qui importe le plus pour vous ? Quel sentiment ou image voulez-vous faire naître dans l’esprit des prospects ? 

Il sera primordial de bien avoir cerné au préalable l’univers de votre marque : votre vision, vos valeurs, le concept que vous proposez, la zone géographique sur laquelle vous souhaitez vous établir à court et long terme, vos plus-values… Mais aussi, on le rappelle, le profil de votre cible pour pouvoir lui plaire. 

Voici quelques idées centrales desquelles votre nom de marque pourrait émaner : 

Un jeu sur les sonorités 

Selon vos goûts personnels ou votre secteur d’activité, votre nom peut être particulièrement intéressant lorsque prononcé.

Exemples : Iello (dont le logo est jaune, yellow), Coca-Cola (le son k, répété qui plus est, est percutant), Alice Délice

Le sens de votre concept en plusieurs mots

Si pour vous le concept de votre entreprise est ce que vous voulez transmettre immédiatement à quiconque entend ou lit le nom de votre marque, alors les étapes décrites précédemment sont faites pour vous.

Ce sens peut être plus ou moins évident.

Exemples : 

Volkswagen, bien que complexe pour les non-germaniques, est un mot-valise tout à fait clair et compréhensible pour les allemands : la voiture du peuple. 

Le sens de Google est bien dissimulé : il provient du mot anglais “googolplex” qui renvoie à un très très grand nombre (10 puissance 10 puissance 100). L’idée était de représenter la quantité astronomique d’URL que Google pouvait afficher dans son annuaire. 

Une expression traditionnelle plus ou moins reliée à votre concept 

Comme pour la signification, vous souhaitez peut-être éviter les fioritures et aller droit au but. Dans ce cas, nul besoin d’amalgame de mots mais attention aux noms de marque déjà déposés !

Exemples : Maison France Confort, La Laitière, Bonne Maman, Kinder (littéralement la cible de la marque !), Reebok (de Rhebok, une race d’antilope africaine rapide), Pepsi (de l’enzyme pepsine qui aide à la digestion)

Un nom propre

Si l’aspect familial ou générationnel est important pour vous, utiliser votre nom est tout à fait envisageable. C’est très pratiqué dans certains secteurs d’activité (textile, maisons d’édition, cosmétiques…). Nombreux sont les fondateurs qui ont souhaité adorner leur entreprise de leur nom de famille. Essayez peut-être de l’associer à un mot qui rappelle ou fait référence au secteur d’activité de votre entreprise, pour plus de compréhension du côté des consommateurs. 

Exemples : Chanel, Renault, H&M, Gallimard…

Les origines étymologiques

Pour un effet mystérieux ou noble, les origines ou traductions latines ou grecques sont souvent élégantes et originales.

Exemples : Sony (le son, Sonus, en latin), Volvo (rouler en latin), Candia (blanc, Candidus, en latin), Nike (déesse grecque de la victoire)

De la même manière, pour un nom de marque qui respecte ses aînés ou ses origines, on peut penser à utiliser un terme lié aux débuts du produit ou service proposé. C’est ce qu’a choisi de faire Canon, qui est un dérivé du nom du premier appareil photo : le Kwanon. 

Une expression en anglais ou dans une autre langue

Pour une perception moderne ou fun, un nom de marque en anglais donnera un air dynamique, tendance et jeune à votre entreprise. 

Dans une autre langue, vous pourrez utiliser un mot-concept français qui sonne mieux, et qui, éventuellement, a du sens vis-à-vis de votre activité.

Pour appuyer les racines de la naissance de votre entreprise, si elles vous sont chères, vous pouvez aussi utiliser la traduction de votre expression en langue régionale. 

Exemples : Sosh (la prononciation anglaise du début de social network), Twenga (swahili)

Il est aussi possible de mixer des mots ou radicaux ensemble provenant de langues différentes, comme l’a fait Ferrero avec Nutella (noisettes en anglais + -ella, un suffixe italien). 

Le nom d’une ville ou d’une région

Tout comme le choix de la langue, incorporer le nom d’une ville ou d’une région peut être cher à votre cœur et/ou avoir du sens vis-à-vis de votre selling point

Exemple : IKEA (les initiales du fondateur avec celles de sa ville natale), le Comptoir irlandais

Un jeu de mots 

Si votre entreprise a un côté décalé et fun, vous pourriez opter pour un nom de marque jeu de mots : on comprendra dans quel secteur votre entreprise se situe mais aussi son aspect fantaisiste, léger ou facétieux. Attention cependant à ne pas tomber dans le kitsch, voire le mauvais goût… Certaines boutiques ont ainsi fait l’objet de publicité sur les réseaux sociaux, en raison des moqueries à l’encontre de leur nom tiré par les cheveux parfois (souvent des salons de coiffure d’ailleurs). 

Exemples : Central Perk (certes fictif, il s’agit bien d’un jeu de mots qui détourne le Central Park avec perk qui signifie percoler), Créa’Tif/Attentifs/Balné’Hair (il y en a des centaines, un échantillon méritait sa place dans cette liste) 

Des noms empruntés

Noms de personnages de fiction, de personnalités historiques… Selon le niveau de célébrité de ce nom, votre marque sera empreint d’un air mystérieux ou reflètera les caractéristiques et qualités de l’inspiration originelle.

Par exemple, Starbucks est en fait le nom d’un personnage de Moby Dick. Le nom symbolise les échanges de biens maritimes (d’où le logo de la sirène également). 

Un nom qui n’a rien à voir

Si vous envisagez la possibilité, même très très faible, de changer de secteur d’activité par la suite, on vous conseillera de choisir un nom qui sonne bien mais qui ne signifie rien ou ne renvoie pas au concept de votre entreprise. 

Exemples : Blue Orange (un éditeur de jeux de société lorrain), Apple (le fruit préféré de Steve Jobs parait-il), Red Bull, Nestlé…

Derniers conseils

N’oubliez pas avant de vous lancer : le nom de marque doit correspondre à vos goûts, bien sûr, mais aussi à votre cible. 

Finalement, selon votre objectif, choisir un nom qui ne représente rien peut s’avérer payant, comme on le voit avec de nombreuses marques qui se sont imposées et qui ne reflètent pas leur secteur d’activité. 

Ce qui comptera, ce sera l’histoire, le storytelling que vous élaborerez autour de votre marque et du nom, qui ancrera votre entreprise dans l’esprit des consommateurs. 

Similairement, le logo aura la même fonction et a la même importance. Il n’est pas à négliger ! Faire appel à un professionnel est plus que conseillé. 

Alors, vous dirigerez-vous plutôt vers la simplicité pour qu’on retienne facilement votre nom d’entreprise ? Ou alors êtes-vous attiré par la complexité qui reflète votre savoir-faire unique et votre talent d’innovateur ? Testez, prononcez, brainstormez, et laissez-vous une semaine pour décider !

Stories

À lire également…

Les Alchimystes ont rédigé d’autres articles associés à cette thématique. N’hésitez pas à les consulter…

Join the team,
Be an Alchimyst !

Envoies nous ton Book, CV et ta plus belle déclaration à :
job@agence-alchimy.fr

Parlons projet, Challengez-nous !

    Alchimy

    *Champs obligatoires
    En soumettant ce formulaire, j’accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la demande de rappel. Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter nos mentions légales